« Sur le concept d’histoire »

Je voudrais ici aborder un écueil que nous rencontrons souvent parmi nos contemporains, et qui a été critiqué il y a presque 70 ans de cela par Walter Benjamin. Cet écueil concerne notre rapport à l’histoire, et se manifeste dans des expressions telles que : « comment cela est-il encore possible en 2009 ? » ; « «comment peut-on voir ça au 21e siècle ? » ; « c’est indigne de notre époque » ; « ces pratiques sont d’un autre âge ! » ; etc.

Les personnes utilisant ces expressions s’offusquent face à une injustice ou un acte barbare au nom d’un critère historique : notre époque ne peut être confrontée à telle ou telle injustice car nous sommes civilisés, et nous avons laissé la barbarie derrière nous. Ce raisonnement implique une conception téléologique de l’Histoire, c’est-à-dire une conception qui voit l’Histoire comme tendant naturellement, intrinsèquement vers le « Bien ».

Cette conception de l’Histoire, Walter Benjamin la dénonçait déjà en 1940 quand des gens considéraient le fascisme en Europe comme étant d’un autre âge. « Celui-ci [le fascisme] garde au contraire toutes ses chances, face à des adversaires qui s’opposent à lui au nom du progrès, compris comme une norme historique. – S’effarer que les évènements que nous vivons soient « encore » possibles au XXe siècle, c’est marquer un étonnement qui n’a rien de philosophique. Un tel étonnement n’a rien d’une connaissance, si ce n’est à comprendre que la conception de l’histoire d’où il découle n’est pas tenable ». Walter Benjamin, Œuvres III, Gallimard, Sur le concept d’histoire, p. 433.

S’il est bien sûr fondamentale que s’indigner face à l’injustice, au fascisme ou quelque forme que ce soit de barbarie, cela ne peut se faire à partir d’un critère qui conçoit l’histoire comme tendant naturellement vers le « Bien » ou le « progrès ». Les événements qui ont suivi le texte de Benjamin le prouve : le 20e siècle a été un des siècles les plus barbare que l’humanité ait connue.

L’histoire ne tend pas – en elle-même – vers le « Bien » ; et les progrès que nous pouvons connaître sont le fruit de luttes, de combats menés par des hommes et des femmes qui défendent des valeurs. Cela implique donc un combat permanent, une vigilance quotidienne sans cesse renouvelée face à ce qui nous menace et nous oppresse.

Publicités

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :